Anglais, L’anglais dans le monde du travail en Suisse
Anglais

L’anglais dans le monde du travail en Suisse

L’anglais dans le monde du travail en Suisse

Si à travers le monde la langue commune est sans contexte l’anglais, cette langue rassemble également les différentes communautés linguistiques en Suisse. Les employeurs sont unanimes : la maîtrise de l’anglais constitue une exigence dans les critères de recrutement.

Liste des employeurs qui reconnaissent un ou plusieurs certificats Cambridge:
www.cambridgeesol.org/recognition/search.php

CFF

A priori, pour travailler dans l’ex-régie fédérale, une maîtrise du français et de l’allemand suffirait. Pourtant l’anglais est également ou fortement apprécié, voir exigé, selon les domaines.
«Dans tous les postes en  relation avec la clientèle, du guichet, dans les agences de voyages ou pour  les agents de train, une bonne maîtrise de cette langue est très importante»,  précise un porte-parole des CFF. «Au départ il faut que le collaborateur ait  des connaissances de base, mais selon le secteur et la région dans laquelle il  souhaite travailler, la maîtrise de l’anglais peut jouer un rôle déterminant»,  ajoute-t-il.
Chez login,  la communauté de formation en charge de la  formation des apprentis, notamment pour les CFF, on précise que le niveau  d’anglais des élèves qui sortent de la  scolarité obligatoire n’est pas satisfaisant. «On accepte tous les candidats pour un apprentissage d'employé  de commerce en transports publics qui sont en possession d'un certificat  d'étude VSB ou VSG pour effectuer le test d'aptitude,  mais pour certains domaines, la vente notamment, la maîtrise de l’anglais  s’avère nécessaire. Nous encourageons d’ailleurs nos apprentis à se former en  ce sens, en remboursant par exemple les frais d’inscription aux examens  Cambridge s’ils les réussissent ».
Dernier point, chez login on insiste sur l’importance  d’une immersion linguistique en organisant pour les apprentis une quinzaine de  jours de cours par année à Bournemouth, en Angleterre.

Swisscom

Chez l’opérateur téléphonique pas de grosses surprises, la langue numéro un demeure l’allemand. « Cependant avec le rachat récent de Fastweb, les cadres communiquent désormais en anglais » précise un recruteur de l’entreprise.
Pour les autres collaborateurs, c’est une maîtrise de la langue de Goethe qui s’impose, à deux exceptions près : les employés dans les Swisscom shops, surtout ceux des grandes villes touristiques comme Zurich ou Genève et les collaborateurs qui travaillent auprès de grandes entreprises clientes.

De l’avis d’autres employeurs

Un article dans le Aargauer Zeitung du 3 septembre intitulé : «Elargir ses horizons, améliorer ses chances»  récolte l’avis d’autres grands employeurs en Suisse, notamment ABB et IKEA.
Tous s’accordent sur le fait que l’anglais est désormais une langue incontournable dans le monde professionnel.
«En Suisse aussi l’anglais est utilisé dans les équipes mixtes»  déclare par exemple Lukas Inderfurth, Responsable des relations presses d’ABB.
«Dans toutes nos rencontres entre succursales, nous utilisons l’anglais pour communiquer»  ajoute Sonja Blöchinger, pour IKEA Suisse.